Qu’est-ce que les étrangers n’aiment pas au Japon ?

Je lis souvent des articles de personnes parties s’installer au Japon pour toujours en apprendre plus. Je suis récemment tombé sur un article d’une nana qui y vit depuis des années apparemment et qui explique les dix choses qu’elle n’aime pas. J’ai été fasciné par la consternante débilité que dégage la plupart de ses propos. Malheureusement, elle n’est pas la seule à penser de cette manière parmi les étrangers et parfois, c’est vraiment frustrant. Du coup, comme je suis en forme en ce moment, je vous propose de repasser un peu les choses qu’elle n’aime pas et de vous donner mon avis sur chacune d’elles.

1 – Le coût

Effectivement, le coût de la vie au Japon peut paraître assez cher. L’auteur clame haut et fort que Tokyo est souvent catégorisée comme une des villes (voir la ville) les plus chères au monde. C’est vrai. Mais je pense qu’on peut s’en sortir pas mal du tout si on suit les habitudes locales. Je m’explique, elle prend comme exemple des “études” qui, pour voir si le coût de la vie est élevé, compare des prix du : litre de lait, miche de pain ou bouteille de vin au restaurant. Je trouve ça assez facile de descendre le pays basé sur des produits qui ne sont pas du tout dans la vie de tous les jours du japonais moyen. Alors je ne dis pas que c’est pas cher de vivre au Japon, mais si on vit un peu plus comme un local, on s’en sort pas pour aussi cher.

2 – Communication

Aaah, les problèmes de communication. Elle dit que ça fait trois ans qu’elle est là et qu’elle a toujours des problèmes. Je ne pense vraiment pas que ce soit lié au fait de vivre au Japon mais plutôt de vivre dans un pays où l’anglais n’est pas la priorité pour ses habitants et aussi au fait qu’elle ne doit pas être si assidue que ça dans l’étude de cette langue. En France, j’imagine qu’elle galérerait autant… Peut-être moins vu que la lecture est plus facile. Mais j’ai rencontré beaucoup d’étrangers depuis que je suis ici et j’ai vu deux types : ceux qui parlent à peine la langue et qui ne veulent pas faire d’efforts et ceux qui se sortent les doigts. Et je suis jaloux de pas mal d’étrangers qui parlent maintenant un très bon japonais en assez peu de temps. Bref, sors toi les doigts ma cocotte.

3 – Personne ne conduit

Elle se plaint que conduire au Japon est impossible à cause des différents coûts que représentent le fait d’avoir une voiture. C’est vrai, les péages sur l’autoroute et les parkings sont chers. Les coûts d’entretien aussi. Mais en fait, ça s’applique surtout à Tokyo et ce n’est pas une vérité partout au Japon. De plus, ça permet de réduire le nombre de personnes qui conduisent dans cette grande ville et ce n’est pas plus mal vu qu’il y a régulièrement des bouchons (moins qu’à Paris je dirais quand même). Mais oui, ça doit choquer quand on est habitué à conduire des gros 4×4 de prendre le train et de polluer moins la planète ! Par contre, une chose que j’aime bien, c’est qu’il est facile de louer une voiture et pour pas trop cher souvent. Même pour une course à Ikea, en moyenne, ça reviendra moins cher de louer juste pour trois heures un véhicule que de se faire livrer. Personnellement, je trouve ça agréable de me balader dans la rue et de rarement voir des bouchons. J’ai même l’impression d’avoir un air moins pollué ici qu’à Paris. En écrivant cette dernière phrase, j’ai voulu vérifier : Tokyo a un indice de pollution environ deux fois moins élevé que Paris, Marseille et Bordeaux d’après numbeo. Qui l’eut-cru ?

4 – Très difficile de trouver des produits étrangers et peu d’alternatives dans les rayons

Elle explique qu’elle n’arrive pas à trouver des “buns” pour faire des hamburgers dans les supermarchés et que lire les étiquettes est très difficile surtout qu’elle a des allergies. Elle explique aussi que depuis Fukushima, elle veut éviter d’acheter des produits venant de là bas mais qu’ils en vendent quand même dans les rayons : “Tu rends compte?”. C’est vrai que c’est compliqué quand on ne sait pas lire les kanjis de savoir exactement ce qu’il y a dans les produits que l’on veut acheter. Personnellement, je m’aide d’un site qui s’appelle “surviving in Japan” (survivre au Japon) qui aide beaucoup sur ce genre de choses : “comment choisir une lessive?”, “comment trouver de la nourriture à travers les allergies?”, etc. Beaucoup de gens sont passés par là avant, un petit coup de google et ça se trouve ma grande. T’écris un blog mais t’es pas foutue de lire ceux des autres ? Aussi, refuser d’acheter des aliments venant de Fukushima est, de mon point de vue, complètement débile. Les japonais sont très axés qualité, sécurité et hygiène. Si des produits viennent de Fukushima et sont quand même vendus en supermarchés, vous pouvez être sûr qu’ils sont bon. Les producteurs ont probablement bien plus besoin de voir leur produits achetés aujourd’hui. Oh, j’ai oublié du parler des “buns” pour faire des hamburgers. On en parle ou pas en fait ? Faut peut-être que je rappelle à la jeune fille qu’elle se trouve au Japon ? Hello ? It’s me. I was wonder- désolé, je m’égare. Je doute qu’elle trouve du tofu frais ou du curry instantané dans tous les magasins aux US ! Heureusement, elle dit que l’avantage est qu’elle mange plus sainement ici. Encore heureux.

5 – Pas d’alternative pour les régimes “sans gluten” ou autre

Alors, c’est vrai, il doit être difficile de trouver ou de demander du gluten free. Mais beaucoup de plats japonais en son complètement dépourvus. A part les udon et ramen et certaines fritures, je ne pense pas que la cuisine japonaise en comporte beaucoup. Si vous voulez toujours manger des nouilles, vous pouvez, il suffit de prendre des “soba”. Ceux-ci sont à base de sarrasin qui ne comporte pas de gluten. Les Japonais ne mangent pas de pain ou de pâtisserie au restaurant dans les fameux “menu” dont elle parle et énormément de plats ont seulement du riz. M’enfin, je n’ai pas ce problème donc je ne peux pas trop juger. Cela dit, je n’ai encore croisé personne qui devait suivre un régime sans gluten ici.

6 – Maison plus petite et style de vie plus simple

Ok, ce paragraphe je vais le traduire parce qu’il vaut de l’or.

“Si vivre au Japon m’a imposé quelque chose, c’est de vivre une vie bien plus simple. La plupart des appartements en ville sont vraiment petits. Dieu me garde de posséder un lit king-size ou des meubles à l’américaine. Vous allez probablement devoir les vendre. Nous vivons dans un petit appartement de 70m². Mon placard est trop petit, mais d’un autre côté, je purge ma garde-robe environ quatre fois par an et me suis tournée vers les cintres spéciaux pour gain de place. Je partage une salle de bain avec mon mari, et notre cuisine est vraiment petite et étroite. C’est une belle cuisine et j’ai appris à m’adapter mais on doit utiliser notre lave-vaisselle comme rangement. Donc je ne l’ai pas utilisé en trois ans… et j’aime beaucoup cuisiner. En plus, notre machine à laver efficace en énergie prend 5 heures pour laver et sécher une machine pleine. J’aime penser que j’aide l’environnement. Mais encore une fois, le Japon vous apprend la patience. Ceci étant dit, j’aime beaucoup la vie plus simple maintenant mais j’aimerais quand même bien avoir un placard plus grand.”

Je sais à peine par ou commencer. Oui, les appartements sont petits, spécialement en ville. Mais 70m², ce n’est pas petit. Les gens sont genre “waaah, c’est grand ton appart!” quand je leur montre mon 30m². C’est parce que le leur se situe plutôt entre 15 et 25m² en moyenne. Donc non, 70m², c’est pas petit ! Y a beaucoup de choses que je pourrais commenter comme le fait d’utiliser son lave-vaisselle comme rangement, le “j’aide l’environnement en utilisant un sèche linge”, le “oh mon dieu, je partage une salle de bain avec mon mari !”. Mais je pense que la palme c’est écrire tout un paragraphe sur une chose qu’elle “hait” mais qu’elle aime bien à la fin en fait.

7 – Pas de poubelles, nulle part

Ah. Enfin un sujet qui est compréhensible. C’est vrai, il n’y a pas de poubelle aux Japon, ou très peu. Les seuls endroits où j’en ai vues à l’extérieur sont à l’entrée des FamilyMart (une marque de konvini), à côté de certains distributeurs de boissons et dans les très grand parcs (genre Yoyogi) à l’entrée. Mais sinon, c’est niet. J’ai cru comprendre que c’était une mesure anti terrorisme mais ils conservent, dans la plupart des grandes gares, des casiers pour déposer des affaires. Donc je trouve ça un peu couillon. Après, malgré l’absence de poubelle, c’est toujours très propre, tout le monde récupère bien ses poubelles et les cigarettes ne sont pas fumées en pleine rue donc les mégots ne jonchent pas le sol. C’est vrai que c’est embêtant mais on s’adapte.

8 – Service beaucoup trop bien

Oui, moi aussi quand j’ai lu le titre, j’ai pas bien compris. En fait, elle se plaint que lorsqu’elle va dans un grand magasin pour acheter juste un produit cosmétique, elle se retrouve escortée jusqu’à la chaise d’essayage, on lui propose des cartes de fidélité, on lui donne tout plein d’échantillons gratuits et on lui donne son produit bien emballé comme un paquet cadeau. Vous comprendrez, c’est fatiguant tout ça et ça prend beaucoup de temps. Elle a du temps pour acheter qu’une seule chose à la fois dans un centre commercial mais elle n’a pas le temps d’attendre qu’on lui emballe son produit correctement. Je pense qu’on devrait la plaindre tous ensemble. Ou pas.

9 – Manque d’options d’urgence

Alors pour être tout à fait franc, j’ai pas compris ce paragraphe. C’est pourtant un anglais pas trop compliqué mais, je sais pas. J’vais essayer de décortiquer.

“En tant qu’adulte plus jeune, je ne stresse pas trop de ce qui peut se passer en cas d’urgence majeure, mais je m’inquiète néanmoins de l’inévitable.”

Tu t’inquiètes ou pas ? Faudrait savoir !

“En tant qu’étrangère, Dieu [encore lui tiens] me garde qu’il y ait une urgence et que je ne puisse pas contacter mon médecin traitant pour trouver de l’aide. Ou et s’il y avait un autre tremblement de terre et que les téléphones ne marchaient plus et qu’il nous était impossible de rentrer en communication ?”

Scénario catastrophe ? Si ça va vraiment pas, on va t’aider cocotte, t’inquiète pas, c’est pas parce que t’es pas japonaise que tu vas pas être aidée ! Peut-être que je ne comprends juste pas ce qu’elle veut dire.

Même prendre un rendez-vous chez le vétérinaire est laborieux. C’est vraiment ridicule.

Attends, je croyais que tu parlais un minimum japonais et tu sais pas prendre un rendez-vous ? Pourquoi tout ça, c’est pas dans la catégorie “communication” déjà ? Y a pas mal de paragraphes où t’avais vraiment besoin de contenue pour ton article hein… On sent la recherche intense. Ou alors, elle parle de disponibilité ? Si c’est le cas, j’ai du mal à la croire (enfin, pour les véto, je sais pas…). Je n’ai jamais été en contacte avec un docteur ici mais mes amis oui et j’ai jamais entendu que c’était compliqué de prendre rendez-vous, même avec des spécialistes. Ou alors, c’est seulement certains secteurs ?

10 – Le rôle des femmes

T’as attendu le dernier sujet pour parler enfin de quelque chose d’intéressant ? C’est triste beaucoup de gens n’ont pas eu la même patience que moi je pense pour lire l’article en entier… Alors oui, complètement d’accord, le rôle de la femme qui doit tenir la maison et élever les enfants seulement est encore bien trop présent dans la société. Il est très difficile pour une femme d’évoluer professionnellement à cause de ça et c’est une des choses que je n’aime pas non plus même si je ne suis pas concerné. Mais pour moi, c’est plus la culture du travail ici qui serait complètement à refaire et pas seulement le rôle de la femme. Parce que bien que cette dernière partie a beaucoup changé dans la vie de tous les jours ces dernières années et surtout dans l’esprit des plus jeunes, pour ce qui est de la vie professionnelle en revanche, ça n’a pas beaucoup bougé dans les faits. C’est en voie, mais ça va mettre encore beaucoup de temps.

Alors voilà, en conclusion, un article bien inintéressant mais j’avais besoin de le descendre parce que ça me rappelle beaucoup l’état d’esprit de certaines personnes ici. J’ai rencontré plusieurs types d’expatriés et pour moi, il y a deux grandes catégories : ceux qui se plaignent mais qui ne font aucun effort pour s’intégrer et ceux qui justement sont bien intégrés et sont vraiment contents de vivre ici. Mais ce sujet mériterait un article à lui tout seul.

Enfin, je ne dis pas que le Japon c’est que des choses bien, loin de là, j’ai aussi des choses que je n’aime pas en vivant ici, genre vraiment et j’écrirais probablement un article sur les 5 choses que j’aime le plus et les 5 choses que je n’aime pas trop ici (vu que les études disent que les listes sont plus facile à lire [EN]). Mais pour moi ce n’est pas aussi superflue que “oh, je ne peux pas vivre comme chez moi ici, c’est trop triste”. T’es dans un autre pays, c’est normal que tout ne se passe pas de la même manière. C’est quelque chose de vraiment important pour moi de chercher à m’adapter dans ce nouveau pays dans lequel je vis, donc j’ai vraiment du mal à comprendre parfois les gens qui ne le cherchent pas ou se plaignent de cette manière.

Si je trouve d’autres articles comme ça qui me courent sur le haricot, j’en parlerai parce que je n’aime pas la désinformation, que ce soit en bien ou en mal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.