Le japonais #4 – Compter en japonais

Compter en japonais est une galère sans nom. A chaque fois qu’on me corrige sur les nombres, je ne peux pas m’empêcher de lâcher un “putain”. Heureusement, je ne le dis pas assez distinctement pour qu’ils comprennent parce que le “putain” français est mondialement connu. Du coup, j’ai envie d’écrire un article pour râler sur les nombres en japonais parce que ça me casse les bonbons. Vous vous souvenez quand je vous ai dit qu’il n’y avait presque pas d’exceptions en japonais et que ça en faisait un langage, dans ce sens, relativement simple à apprendre à parler ? Et bien vous pouvez oublier ça pour les nombres. Ou plutôt, s’il y avait un quota d’exceptions à mettre dans une langue, ils auraient choisi de toutes les mettre dans les nombres. Et évidemment, il faut les apprendre toutes.  Le pire c’est qu’ils n’ont pas l’air d’être d’accord parfois sur certaines façons de compter les choses ce qui rend l’apprentissage encore plus compliqué. Je vous conseille de lire mon article sur la prononciation avant de commencer pour comprendre certaines choses dans l’article d’ailleurs ! Aller, c’est parti mon kiki.

“C’est des fadas, c’est des fadas. Et quand tu crois tout comprendre, tu apprends que serpillière ça se dit wassingue, alors…”

Continuer la lecture de Le japonais #4 – Compter en japonais

Le Japonais #3 – Comment lire le japonais que j’écris ?

Ça fait un bout de temps que j’aurais du écrire cet article mais bon, je me suis toujours dis que vous ne trouveriez pas ça pas très intéressant. Mais plus ça va et plus je me dis que ce serait quand même mieux si vous saviez lire et donc parler correctement le japonais que j’écris dans chacun de mes articles. Si je prends le dernier et que vous me parlez de “Pic à chut, t’es ri ou assez y chut?” quand vous lisez “Pikachu, Tairyou Hassei Chu!”, on va pas se comprendre ! Du coup, c’est un peu un article d’aide à la lecture et la prononciation. Je vais couvrir toute la prononciation et ça va pas être très long vu qu’en tant que Français, on a un panel de sons plus développé qu’un Japonais, vous n’avez besoin d’apprendre presque aucun son pour parler un japonais correct. Ce qui est quand même la classe et c’est pas donné à tout le monde, notamment les américains. Il faut quand même que vous compreniez que la “leçon” suivante n’est pas parfaite et que j’ai essayé de trouver des mots qui ressemblaient un maximum mais qui sont pas toujours exactement corrects. J’ai aussi ajouté une lecture automatique des mots et syllabes que je présente. Cette dernière est une lecture automatique. J’insiste bien là dessus, c’est une bonne base mais ce n’est pas de très bonne qualité parfois. J’espère quand même que ça vous sera utile !

Continuer la lecture de Le Japonais #3 – Comment lire le japonais que j’écris ?

Le japonais #2 – Découpage des notions

Les notions ne sont pas exactement découpées pareil en japonais. Je m’explique avec un exemple : 聞く”kiku” est le verbe qui signifie “écouter” ou “entendre” mais il veut aussi dire “demander”. Étonnant ? Pourquoi ? Parce que poser une question et entendre la question, c’est plus ou moins la même action mais vu de deux contextes différents. Les japonais n’ont donc pas découpé les deux termes et encore une fois selon le contexte, la signification changera. Il y a des exemples inverses où en français on utilise un seul mot pour deux ou trois mots japonais. En fait, c’est juste que les découpages des notions ne s’est pas fait de la même manière. Par exemple, “lancer”. Si je veux dire “lancer un ballon”, j’utiliserai 投げる “nageru” qui veut dire lancer ou jeter. Mais si je veux dire “lancer les dés”, j’utiliserai plutôt 振る “furu” qui veut plutôt dire “secouer”. Je manque peut-être un peu de meilleur exemple mais l’idée est là : la façon de penser est différente et ça se ressent dans le découpage des notions.

Continuer la lecture de Le japonais #2 – Découpage des notions

Le japonais #1 – Introduction

J’entame encore une nouvelle série cette fois sur la langue du Japon : le japonais (surpris ?). Je vais essayer de parler de certaines de mes galères lors de l’apprentissage de la langue, de quelques trucs fun à propos de celle-ci ou même de choses qui en disent long sur la culture. Ce sera des petits articles et aujourd’hui je vais le consacrer aux différents niveaux de langage et au contexte.

Attention, je n’aurais pas la prétention de vraiment donner des cours de japonais parce que ce n’est pas le but et je n’ai tout simplement pas le niveau. Prenez parfois ce que je raconte avec des pincettes puisque c’est basé sur mon expérience et qu’il me manquera potentiellement quelques notions pour expliquer correctement certaines choses. Je veux simplement essayer de partager mes difficultés avec le langage à travers des exemples qui peuvent vous servir et qui vous donneront en plus quelques anecdotes à partager dans les soirées mondaines un peu pompeuses et avec lesquelles vous pourrez remettre à sa place ce petit hipster en cardigan, imbu de lui-même, qui pense tout savoir sur tout et qui raconte d’infâmes ignominies sur le Japon depuis des heures pour essayer de séduire la blonde de service qui n’a fait que glousser pendant tout ce temps (et c’est d’ailleurs bien ça qui vous emmerde le plus au fond). Parce que c’est bien connu, la culture, c’est comme la confiture : moins on en a, plus on l’étale.

Continuer la lecture de Le japonais #1 – Introduction