Weekend à Hakone

NB : je publie cet article ébauché en février 2016 parce que ça me semble un peu intéressant quand même mais rappelez-vous que j'ai fais ça y a 3 ans !

La semaine dernière, j’ai passé mon week-end à Hakone. C’est une ville assez touristique au milieu des montagnes. Il y a souvent pas mal de monde alors que la ville est assez petite. La région est célèbre pour ses différents onsens et comme elle est située assez proche de Tokyo, c’est une destination privilégiée par les tokyoïtes pour se ressourcer le week-end. Il y a donc beaucoup de choses à faire et visiter : onsens, musées, randonnées, temples, sanctuaires et un joli lac. Tout ça dans un décors montagneux et pas si loin de l’océan. Du coup, je vais vous raconter un peu les différentes activités que j’ai faites, ça faisait longtemps que je n’avais pas fait ça !

Je vais vous donner quelques précisions sur la ville pour commencer. Hakone est située dans la préfecture de Kanagawa à environ 80 km au sud ouest de Tokyo. Elle n’est qu’à quelques kilomètres de l’océan pacifique. Elle fait environ 100 km² mais ne comporte que 14 000 habitants ! Vous vous imaginez bien que ça contraste beaucoup avec la vie à Tokyo. La ville est une des 53 étapes de l’ancienne Tōkaidō (東海道, “la route de la mer de l’est”). Tōkaidō est à l’origine une route reliant Tokyo et Kyoto. Aujourd’hui, c’est plutôt l’axe de circulation qui passe par ces deux villes ainsi que Osaka et Kobe. Mais à l’époque, l’étape d’Hakone était l’une des étapes jugées les plus difficile puisque montagneuse mais aussi une étape de repos pour les voyageurs grâce aux réputées sources chaudes. Enfin, la ville est aussi connue pour ses vues sur le mont Fuji qui ne se trouve du coup qu’à une cinquantaine de kilomètres. Personnellement, j’avais déjà vu la destination dans certains mangas et j’avais envie d’aller voir de moi même et c’était une bonne destination pour la saint valentin !

Le samedi, après un bon petit déjeuné, on a donc loué une voiture pour se rendre à Hakone. Une heure et demi de route a suffit pour atteindre même s’il y avait un peu de monde sur la route. Ce week-end était un peu pluvieux pour la région et du coup, il y avait moins de monde que prévu dans la ville en elle même. Après une balade dans la rue marchande près de la station de train principale, on s’est arrêtés prêt d’un attroupement de gens. Après investigation, le magasin d’à côté avait disposé des petits morceaux de poissons crus dans une des boites à côté d’un petit feu de bois. Il y avait aussi des baguettes et du thé vert. Tout était à disposition gratuitement pour les visiteurs. Du coup, les touristes venaient prendre leur morceau de poisson et leur petite tasse de thé pour certains. C’est comme si c’était des échantillons de test dans les magasins. Sauf que là, vous vous faite cuir votre petit morceau de poisson vous même. C’était vraiment bon en plus !

Après ça, on est quand même allé dans un vrai restaurant dans lequel j’ai goûté des sobas (nouilles de sarrasin) un peu particulières. La sauce était à base d’une sorte de purée de pomme de terre à laquelle était ajoutée un œuf cru et de la sauce soja. Du coup, le mélange était assez visqueux et heureusement que ce n’était pas mon plat, je ne l’aurais pas fini ! Mais c’était très intéressant de voir ça et fallait tester les spécialités de la région !

Après ça, on a passé l’après midi dans un spa du nom de Yunessun. Le spa en question permet de se baigner dans pas mal de différents bains avec thèmes : vin, saké, thé vert, etc. Il y a aussi une cafétéria ou tout est prévu pour que vous n’ayez pas besoin de vous changer : elle est située près des bains et on peut y aller en maillot de bain. On a donc commencé par le onsen “vin” qui avait vraiment une drôle d’odeur, l’eau était violette et du coup, on n’y est pas restés longtemps. On a enchaîné sur les bains au café, saké, thé vert et chocolat. Dans chaque cas, il faut savoir que c’est des bains “aromatisés”. Non, vous ne sortez pas du bain de chocolat tout noir et sucré, c’est juste la couleur et très légèrement l’odeur qui change. Pour le saké, cela dit, il y avait une fontaine sortant d’un énorme tonneau. Juste au dessus de cette fontaine, il y avait une autre toute petite, qui giclait quelques goûtes toutes les deux secondes : c’était du vrai saké pour le coup. En extérieur, on s’est aussi amusés sur des toboggans aquatiques. Il faisait froid et il pleuvait mais dans l’eau tout allait bien. D’ailleurs, c’est la même chose dans les vrai onsen quand il y en a un à l’extérieur. Même s’il fait zéro degré dehors, les quarante et plus degrés du bain permettent de supporter ça.

On a ensuite repris la route pour aller dormir à Atami qui est une petite ville au sud d’Hakone, au bord de l’océan. Une fois arrivés, nous nous sommes baladés pour trouver à manger et avons fini dans un izakaya local. La spécialité étant le poisson et les fruits de mers, nous avons commandé quelques plats : poisson cru et cuit, poulpe, sortes de petite coquilles saint jaques et palourde. Nous avons aussi pris un “ochazuke” (お茶漬け, “qui trempé dans du thé”) qui comme son nom ne l’indique pas, pour le coup, était du riz qui baignait dans une soupe de dashi. Tout ça était très bon… enfin j’ai quand même toujours un peu de mal avec le poulpe et les palourdes, c’est beaucoup trop caoutchouteux pour moi !

Le lendemain, on s’est levé assez tôt pour retourner près de Hakone pour faire de la poterie ! Le Hakone Gora Kōen (箱根強羅公園, “park Gora à Hakone”) est un petit parc ou l’on peut s’essayer à la poterie et à souffler du verre. Il y a aussi un joli jardin botanique et une petite maison “à l’ancienne” ou l’on peut goûter le mâcha traditionnel. On a donc passé la fin de matinée et le début de journée dans ce parc. La partie botanique était assez rapide bien que jolie. Il y avait trois grande pièces chauffées pour faire pousser des plantes exotiques. La “cérémonie” du thé était en fait juste un thé et un petit gâteau nommé manjū. La personne en charge nous a montré comment manger le manjū et comment boire le thé. Le thé était comme attendu, pas terrible. Mais c’était une bonne expérience, bien que courte. Enfin, la poterie était le clou de la journée. J’ai vraiment adoré m’essayer à ça. C’est vraiment bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais faut dire mais j’ai quand même réalisé un petit bol qui me sera livré dans environ 2 mois. Ils vont le cuir et le peindre pour moi. J’ai hâte !

Après tout ça, on est partis près du lac pour s’arrêter près d’un sanctuaire très connu du nom de Hakone jinja (箱根神社, “sanctuaire Hakone”). Ce dernier est sensé être construit sur une grande source d’énergie spirituelle et est une grosse raison de la visite des japonais à Hakone. Il a été construit la première fois en 757 mais a été quelques fois détruit à cause de guerre, déplacé et reconstruit. Il y a plusieurs temples dans le sanctuaire mais l’un d’eux est plutôt cool, il s’appelle Kuzuryūjinja (九頭龍神社, sanctuaire des neufs têtes de dragon) et avait donc neuf petite fontaine d’eau qui sortent de la gueule de dragon ! Après quelques prières, on est repartis vers Tokyo.

On a fini la journée dans un izakaya à Ueno pas très loin de chez moi ou on a mangé plein de yakitori (焼き鳥, “poulet cuit” ou “brochette de poulet”). Mais alors, les yakitori, faut voir ce qu’ils font… Une chose est sûre : les japonais ne gâchent rien. Vous pouvez manger de tout : brochettes de cartilage, peau, viande, foie, intestin… Personnellement, j’ai beaucoup de mal avec les brochettes de foie et d’intestin. Le reste ça va même si je vois pas trop l’intérêt des brochettes de cartilage ou peau. Un truc qui est aussi énormément servi dans les izakayas, c’est du chou cru que l’on trempe dans de la sauce soja. C’est pas mal du tout et assez équilibré.

Enfin voilà, très bon week-end avec pas mal de découverte. On s’est super bien amusés et ça m’a changé des week-ends snowboard que j’arrête pas de faire !

Le Japon en vidéo #7

Un autre article personnel arrive bientôt, en attendant, encore un épisode du japon en vidéo. Cette fois, deux vidéos très jolies dans leur propre catégorie. La première est une courte animation indépendante du nom de Tokyo Cosmo et qui montre une soirée classique dans la peau d’une jeune femme vivant à Tokyo. Ce que j’ai bien aimé dans ce film c’est à quel point les décors et détails de la vie sont bien fait et m’ont fait me dire “Ah ouais, c’est vraiment Tokyo !” : l’appartement minuscule, la compagnie de train (JR), la Tokyo Sky Tree (grande tour lumineuse). Le quartier dans lequel elle se trouve est à environ 20 minutes de chez moi en vélo et j’y passe au moins une fois par semaine donc je connais un peu. En plus de ça, l’animation est très bien faite. Il n’y a aucun dialogue donc pas de problèmes pour comprendre. C’est juste très joli et si vous vous demandiez un peu à quoi ressemblait les appartements et les rues que je vois tous les jours, voici une réponse assez proche de la réalité (sauf pour le scarabée géant).

Continuer la lecture de Le Japon en vidéo #7

Le Japonais #3 – Comment lire le japonais que j’écris ?

Ça fait un bout de temps que j’aurais du écrire cet article mais bon, je me suis toujours dis que vous ne trouveriez pas ça pas très intéressant. Mais plus ça va et plus je me dis que ce serait quand même mieux si vous saviez lire et donc parler correctement le japonais que j’écris dans chacun de mes articles. Si je prends le dernier et que vous me parlez de “Pic à chut, t’es ri ou assez y chut?” quand vous lisez “Pikachu, Tairyou Hassei Chu!”, on va pas se comprendre ! Du coup, c’est un peu un article d’aide à la lecture et la prononciation. Je vais couvrir toute la prononciation et ça va pas être très long vu qu’en tant que Français, on a un panel de sons plus développé qu’un Japonais, vous n’avez besoin d’apprendre presque aucun son pour parler un japonais correct. Ce qui est quand même la classe et c’est pas donné à tout le monde, notamment les américains. Il faut quand même que vous compreniez que la “leçon” suivante n’est pas parfaite et que j’ai essayé de trouver des mots qui ressemblaient un maximum mais qui sont pas toujours exactement corrects. J’ai aussi ajouté une lecture automatique des mots et syllabes que je présente. Cette dernière est une lecture automatique. J’insiste bien là dessus, c’est une bonne base mais ce n’est pas de très bonne qualité parfois. J’espère quand même que ça vous sera utile !

Continuer la lecture de Le Japonais #3 – Comment lire le japonais que j’écris ?

Épidémie de Pikachu

Pikachu est un symbole ici, tout le monde l’aime, les enfants comme les grands, il est évidemment super connu. Du coup, il y a des petits malins qui se sont dit qu’ils allaient organiser un évènement spécial Pikachu. Cela se passe pendant toute une semaine à Yokohama, cette année, c’était du 8 au 16 août et ça s’appelle “Odoru? Pikachu Tairyou Hassei Chu!” (踊る?ピカチュウ大量発生チュ!) et en français, ça donne “Danser? Grosse épidémie de Pikachu, *bisous* !”. En ce qui concerne l’événement, le truc sympa c’est qu’il se déroulait pendant Obon (お盆) qui est une fête des morts en gros. Beaucoup d’entreprises donnent quelques jours de congés pendant cette période qui est faite pour prier les anciens, aller dans les temples, mettre de l’encens sur les tombes, etc. Les citadins rentrent souvent voir leur famille à la campagne pendant quelques jours pour faire tout ça.

Même sur les bâtiments !
Même sur les bâtiments à Yokohama !

Continuer la lecture de Épidémie de Pikachu

Les feux de Sumida

Samedi dernier, j’ai été invité chez un ami pour voir les feux d’artifice sur la rivière Sumida. Je ne savais pas trop trop à quoi m’attendre à part les 花火 ( “Hanabi” – traduction littérale : fleurs de feu) et j’ai été étonné par plusieurs choses en arrivant sur place. Rendez-vous à 17h30, j’ai donc enfourché mon vélo par 35° vu que j’ai été prévenu que l’accès au métro risquait d’être bondé et que de toutes façons, ça me prenait 20 minutes de moins en vélo ! Sur le chemin, je me suis perdu plusieurs fois vu que je ne connaissais pas mais aussi parce que pas mal de routes ou accès étaient fermés. J’ai commencé à comprendre lorsque je suis arrivé sur les bords de la rivière pour la longer vers ma destination…

20150725 - 15
Pioupiouuuu !

Continuer la lecture de Les feux de Sumida

Les onsens

Comme vous le savez probablement, la plupart des Japonais ont presque une hygiène maladive. Tout doit être propre et souvent stérilisé, partager un verre avec quelqu’un n’est pas quelque chose qui se fait habituellement, ils portent des masques lorsqu’ils sont malades pour ne pas contaminer les autres (pas grand chose à voir avec la pollution en fait) ou encore les rues sont particulièrement propres par rapport à d’autres villes (enfin, c’est pas l’avis des Japonais apparemment, surtout dans le cas de Tokyo mais moi je trouve que c’est très propre). Aussi, une des pratiques un peu particulière de la culture nippone par rapport à la culture occidentale est l’utilisation régulière de bains publics. Comment les utilisent-ils ? A quoi ressemble une salle de bain au Japon ? Je profite de cet article pour vous parler un peu de tout ça. D’ailleurs, peu de photos, mais vous comprenez bien pourquoi…

Onsen public extérieur à Niijima (du coup, "pas à poil")
Onsen public extérieur à Niijima (du coup, “pas à poil”)

Continuer la lecture de Les onsens

仕方ないね~~~

Je vais commencer une série de petits articles de ce genre dans la catégorie “brèves”, histoire de changer des récits inintéressants à rallonge, de vous donner un aperçu de certaines différences qu’il y a à vivre ici plutôt qu’en France et aussi à me remotiver à écrire plus souvent !

Ce titre un peu barbare et qui ne doit pas vous dire grand chose à première vue est clairement la phrase que je hais le plus au monde. Une idée de ce que ça peut vouloir dire ? Déjà, ça se lit “Shikata nai ne” et donc ça se prononce pour les français “shikatanaïnéééé” avec le “néééé” allongé autant qu’il faut par certains moments… Vous pourriez aussi entendre cette phrase sous sa forme polie “shikata ga arimasen”, une forme grammaticalement correcte “shikata ga nai ne” ou en insistant un peu “shikata nai yone” et il existe même une variante “shō ga nai”.

Continuer la lecture de 仕方ないね~~~

Initiation à l’iai-dō

Cette semaine, j’ai fait une initiation à l’iaidō dans le cadre d’une soirée organisée par Tokyo Gaijins dans l’école Mugai-ryū. L’iaidō (居合道 qui peu se traduire par “la voie de la vie en harmonie”) est un art martial qui consiste à dégainer son sabre et frapper en un seul geste. L’initiation se déroulait en un apprentissage de comment les disciples découpent leurs entraînements, d’un peu d’histoire, de méditation et finalement de l’apprentissage d’un geste de découpe.

551544_10153944678355968_6134281309031914171_n
Les 3 senseis en bas et en blanc les apprentis

Continuer la lecture de Initiation à l’iai-dō

AKB48 et le phénomène Idol

AKB48 est un groupe “d’idoles” très connu au Japon. Elles sont souvent à l’origine de tubes nationaux. Elles ont notamment été sélectionnées par Disney il y a peu pour une des chansons de “Wreck-it Ralph” (“Les mondes de Ralph”) : “Sugar Rush”. Que sont les “idoles” ? Un groupe de 48 filles c’est pas un peu beaucoup ? Quelle est la culture derrière tout ça ? Je vais essayer de vous donner un peu d’explication sur ces groupes vraiment atypique à travers cet article.

Ça doit coûter cher en fringue et en maquillage tout ça quand même, hein ? Non ?

Continuer la lecture de AKB48 et le phénomène Idol