Weekend à Hakone

NB : je publie cet article ébauché en février 2016 parce que ça me semble un peu intéressant quand même mais rappelez-vous que j'ai fais ça y a 3 ans !

La semaine dernière, j’ai passé mon week-end à Hakone. C’est une ville assez touristique au milieu des montagnes. Il y a souvent pas mal de monde alors que la ville est assez petite. La région est célèbre pour ses différents onsens et comme elle est située assez proche de Tokyo, c’est une destination privilégiée par les tokyoïtes pour se ressourcer le week-end. Il y a donc beaucoup de choses à faire et visiter : onsens, musées, randonnées, temples, sanctuaires et un joli lac. Tout ça dans un décors montagneux et pas si loin de l’océan. Du coup, je vais vous raconter un peu les différentes activités que j’ai faites, ça faisait longtemps que je n’avais pas fait ça !

Je vais vous donner quelques précisions sur la ville pour commencer. Hakone est située dans la préfecture de Kanagawa à environ 80 km au sud ouest de Tokyo. Elle n’est qu’à quelques kilomètres de l’océan pacifique. Elle fait environ 100 km² mais ne comporte que 14 000 habitants ! Vous vous imaginez bien que ça contraste beaucoup avec la vie à Tokyo. La ville est une des 53 étapes de l’ancienne Tōkaidō (東海道, “la route de la mer de l’est”). Tōkaidō est à l’origine une route reliant Tokyo et Kyoto. Aujourd’hui, c’est plutôt l’axe de circulation qui passe par ces deux villes ainsi que Osaka et Kobe. Mais à l’époque, l’étape d’Hakone était l’une des étapes jugées les plus difficile puisque montagneuse mais aussi une étape de repos pour les voyageurs grâce aux réputées sources chaudes. Enfin, la ville est aussi connue pour ses vues sur le mont Fuji qui ne se trouve du coup qu’à une cinquantaine de kilomètres. Personnellement, j’avais déjà vu la destination dans certains mangas et j’avais envie d’aller voir de moi même et c’était une bonne destination pour la saint valentin !

Le samedi, après un bon petit déjeuné, on a donc loué une voiture pour se rendre à Hakone. Une heure et demi de route a suffit pour atteindre même s’il y avait un peu de monde sur la route. Ce week-end était un peu pluvieux pour la région et du coup, il y avait moins de monde que prévu dans la ville en elle même. Après une balade dans la rue marchande près de la station de train principale, on s’est arrêtés prêt d’un attroupement de gens. Après investigation, le magasin d’à côté avait disposé des petits morceaux de poissons crus dans une des boites à côté d’un petit feu de bois. Il y avait aussi des baguettes et du thé vert. Tout était à disposition gratuitement pour les visiteurs. Du coup, les touristes venaient prendre leur morceau de poisson et leur petite tasse de thé pour certains. C’est comme si c’était des échantillons de test dans les magasins. Sauf que là, vous vous faite cuir votre petit morceau de poisson vous même. C’était vraiment bon en plus !

Après ça, on est quand même allé dans un vrai restaurant dans lequel j’ai goûté des sobas (nouilles de sarrasin) un peu particulières. La sauce était à base d’une sorte de purée de pomme de terre à laquelle était ajoutée un œuf cru et de la sauce soja. Du coup, le mélange était assez visqueux et heureusement que ce n’était pas mon plat, je ne l’aurais pas fini ! Mais c’était très intéressant de voir ça et fallait tester les spécialités de la région !

Après ça, on a passé l’après midi dans un spa du nom de Yunessun. Le spa en question permet de se baigner dans pas mal de différents bains avec thèmes : vin, saké, thé vert, etc. Il y a aussi une cafétéria ou tout est prévu pour que vous n’ayez pas besoin de vous changer : elle est située près des bains et on peut y aller en maillot de bain. On a donc commencé par le onsen “vin” qui avait vraiment une drôle d’odeur, l’eau était violette et du coup, on n’y est pas restés longtemps. On a enchaîné sur les bains au café, saké, thé vert et chocolat. Dans chaque cas, il faut savoir que c’est des bains “aromatisés”. Non, vous ne sortez pas du bain de chocolat tout noir et sucré, c’est juste la couleur et très légèrement l’odeur qui change. Pour le saké, cela dit, il y avait une fontaine sortant d’un énorme tonneau. Juste au dessus de cette fontaine, il y avait une autre toute petite, qui giclait quelques goûtes toutes les deux secondes : c’était du vrai saké pour le coup. En extérieur, on s’est aussi amusés sur des toboggans aquatiques. Il faisait froid et il pleuvait mais dans l’eau tout allait bien. D’ailleurs, c’est la même chose dans les vrai onsen quand il y en a un à l’extérieur. Même s’il fait zéro degré dehors, les quarante et plus degrés du bain permettent de supporter ça.

On a ensuite repris la route pour aller dormir à Atami qui est une petite ville au sud d’Hakone, au bord de l’océan. Une fois arrivés, nous nous sommes baladés pour trouver à manger et avons fini dans un izakaya local. La spécialité étant le poisson et les fruits de mers, nous avons commandé quelques plats : poisson cru et cuit, poulpe, sortes de petite coquilles saint jaques et palourde. Nous avons aussi pris un “ochazuke” (お茶漬け, “qui trempé dans du thé”) qui comme son nom ne l’indique pas, pour le coup, était du riz qui baignait dans une soupe de dashi. Tout ça était très bon… enfin j’ai quand même toujours un peu de mal avec le poulpe et les palourdes, c’est beaucoup trop caoutchouteux pour moi !

Le lendemain, on s’est levé assez tôt pour retourner près de Hakone pour faire de la poterie ! Le Hakone Gora Kōen (箱根強羅公園, “park Gora à Hakone”) est un petit parc ou l’on peut s’essayer à la poterie et à souffler du verre. Il y a aussi un joli jardin botanique et une petite maison “à l’ancienne” ou l’on peut goûter le mâcha traditionnel. On a donc passé la fin de matinée et le début de journée dans ce parc. La partie botanique était assez rapide bien que jolie. Il y avait trois grande pièces chauffées pour faire pousser des plantes exotiques. La “cérémonie” du thé était en fait juste un thé et un petit gâteau nommé manjū. La personne en charge nous a montré comment manger le manjū et comment boire le thé. Le thé était comme attendu, pas terrible. Mais c’était une bonne expérience, bien que courte. Enfin, la poterie était le clou de la journée. J’ai vraiment adoré m’essayer à ça. C’est vraiment bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais faut dire mais j’ai quand même réalisé un petit bol qui me sera livré dans environ 2 mois. Ils vont le cuir et le peindre pour moi. J’ai hâte !

Après tout ça, on est partis près du lac pour s’arrêter près d’un sanctuaire très connu du nom de Hakone jinja (箱根神社, “sanctuaire Hakone”). Ce dernier est sensé être construit sur une grande source d’énergie spirituelle et est une grosse raison de la visite des japonais à Hakone. Il a été construit la première fois en 757 mais a été quelques fois détruit à cause de guerre, déplacé et reconstruit. Il y a plusieurs temples dans le sanctuaire mais l’un d’eux est plutôt cool, il s’appelle Kuzuryūjinja (九頭龍神社, sanctuaire des neufs têtes de dragon) et avait donc neuf petite fontaine d’eau qui sortent de la gueule de dragon ! Après quelques prières, on est repartis vers Tokyo.

On a fini la journée dans un izakaya à Ueno pas très loin de chez moi ou on a mangé plein de yakitori (焼き鳥, “poulet cuit” ou “brochette de poulet”). Mais alors, les yakitori, faut voir ce qu’ils font… Une chose est sûre : les japonais ne gâchent rien. Vous pouvez manger de tout : brochettes de cartilage, peau, viande, foie, intestin… Personnellement, j’ai beaucoup de mal avec les brochettes de foie et d’intestin. Le reste ça va même si je vois pas trop l’intérêt des brochettes de cartilage ou peau. Un truc qui est aussi énormément servi dans les izakayas, c’est du chou cru que l’on trempe dans de la sauce soja. C’est pas mal du tout et assez équilibré.

Enfin voilà, très bon week-end avec pas mal de découverte. On s’est super bien amusés et ça m’a changé des week-ends snowboard que j’arrête pas de faire !

I am walking

French disclaimer: Je sais, je n’ai pas écrit depuis 2 ans et en plus j’écris cet épisode en anglais. Désolé, j’ai envie que ce post puisse être lu par mes amis ici au Japon et il est un peu trop long pour le traduire en français pour le moment. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop!

 

I am walking. I walked 3 kilometers without any problems now. It feels good. You might be thinking: “3 kilometers? That’s nothing, what the heck, Bolubo? I thought you were a sporty guy!”

Well, yesterday morning I was beginning to think for few seconds that maybe I would not be able to walk again ever. These were these first few moments after you have just woken up to pain all over your body. When the smallest movement makes you wince. When you suddenly feel like you are 80 and your body is deteriorating more and more every day.

I like to think that I am usually an optimistic person. I am always trying see the good in everything that happens to me. But then there are theses few seconds sometimes. I brushed them off quickly: pain is making me feel alive. If it was not painful, I would be dead, right? So, I am alive. I feel something. This time, it is pain. And it is fine. I will be fine.

It started a week ago. Thursday morning, I woke up knowing I already had to go to the hospital to monitor my wrist problem. But I woke up with a wry neck. “It’ll heal in couple days”, I thought to myself, “It’s fine”. I went to the hospital with a friend so I could understand. The next day, my right index finger was a bit swollen. I had some trouble stepping on my left foot sometimes, but I did not think much of it at the time. I went on with my day.

The next day, Saturday morning, shit started to get real. My first step out of the bed was truly painful. My neck still hurt. My finger even more swollen. I decided to go to the hospital. I thought I might not even be able to walk there at first but after a few minutes trying to walk in my house, I figured I could try to make it. It took me about 30 minutes to go there and it was pretty late. I asked another friend living nearby if she could come with me and thankfully, before I was called after waiting an hour and a half in the waiting for my turn, she arrived to help me translate. One blood draw and a few x-rays later, the doctor gave me some painkillers and told me there is nothing he could say before the blood test results came back… a week later!

The painkillers were somewhat effective at the beginning. Walking was less painful than it had been that morning. I was supposed to stay home all week to recover and wait for the results. I still asked my boss if I could work from home and he said no problem. I stayed at home all week end despite all the plans I had.

I was not expecting how it turned. Sunday morning, my other foot started to hurt a bit at the same spot as my left foot and my left index finger also started feeling swollen. It was hard to walk but I could sit or lay down as much as possible to avoid the pain. Monday morning I felt my body was worse and worse. Both my feet and indexes were really swollen and I started to feel pain and soreness in my whole body. I had a visit at night which brighten a bit my sad recent days so I felt better. The next day, I tried to stay in bed as much as possible, I needed more and more rest everyday, but now it was hard to find sleep. The pain was starting to wake me up at night. Wednesday morning arrived with huge pain around the abductors muscles, the inside join between the thighs and the hip, on both sides. That day, I woke up at 6:35 and could not go to sleep again. Now, not only walking but just turning my leg even a millimeter could give me more pain than I had had for the past 5 days. Every time, I took some painkillers and forced myself to move. But Wednesday the pain was too strong and I thought maybe I should go to the emergency room. But how?

And that’s mainly the problem here. I am in a country where a lot of people think I can speak the language. But I cannot. Yes, I can have a normal conversation with someone. Where do I come from? What is my job? What should we order tonight? What shows am I watching recently and what do I think of them? Yes, easy questions, easy answers. But when you are in front of someone who asks you questions you don’t understand, what do you do? Sometimes I would understand the question but I cannot find the words to explain what I have. How do I say “swollen”? How do I say ligament? Heartbeat? During the past few weeks I realized the only medical thing I can say confidently in Japanese is “it hurts” (“itai desu”). Most of my friends here are not French speakers. English is not even my first language and you know how difficult it is to understand medical explanations in your own first language… now think about trying to get it in your second or third one! I already knew that medical problems were scary in Japan because I already been in the hospital here before, but this time, it felt like it was another level.

I could not focus enough to work on Wednesday because of the pain so I asked my boss for the end of the week off. A friend came to see me that evening and I tried to be as strong as I could be, I often try not to show weaknesses (damn you, patriarchy!).

Yesterday was Thursday. The pain was the worst I had experienced this week. I have had surgeries, injuries, and sprains in the past but I cannot remember experiencing this type of pain before. I think the fact that it was steadily intensifying was the worst part. Because when you realize it’s not going to heal on its own, you are thinking what is the next stage? Can I handle it? I woke up at 5h15, tried to sleep an hour more without success. I could not find a laying down position where it was not hurting. Trying to switch positions was even more painful. I stood up to take my pain killers. It took me five minutes to go to my kitchen (my apartment is not that big!). I forced myself to eat something because I knew I needed energy and watched two episodes of Rick and Morty waiting for the painkillers to set in and could go back to bed to sleep for two hours.

I could barely walk after that but it was way better than earlier. I was not sure I could wait two more days for the results. Maybe I should go to the emergency. A couple of friends came after I woke up and we actually called the hospital to know if the results arrived. Arrived, so we went to see the doctor right away and even if we waited quite a long time, he could finally tell me what I had… or that is what I thought. He was clearly seeing that my symptoms worsened quickly but he didn’t know exactly what I had so he told me to see a specialist the next morning in another hospital. But he also gave me steroid based painkillers to go through the night and the next morning.

My friends went home and when I arrived home I napped a bit before dinner and I took the steroid for the night and went to sleep right away. I woke up today jumping out of bed with my alarm clock at 7 because I wanted to be at the hospital as early as possible. I couldn’t believe it. I was so happy. I slept like a baby, I got woken up by my alarm and not the pain. I could walk without almost any difficulty. Some movements felt somewhat hard to do still but overall, it was totally night and day compared to yesterday morning. I was not dying anymore! I went to the hospital where I met my friend who came with me yesterday so he could explain everything. Way bigger hospital, lot of paperwork to do, different people to see. After an hour and a half we saw the doctor and I stayed with him fifty minutes. He explained to me all his thoughts and what he thought I had based on the blood results and the symptoms I had. He checked my body with medical ultrasounds to show me where I had arthritis on my inflammations and check a lot of spots. He also made me do more x-rays, blood tests and urine tests. I saw him again after the x-rays results came back and he gave me a beginning of a treatment.

What was the most reassuring was knowing you are with someone who knows what he was talking about. Even if you don’t yourself understand what he is saying! After a week of uncertainty, it felt so relieving to finally have a name on what I had but even more so a way to cure it. The fact that my symptoms were also mostly suppressed by the medicine was such a relieve too.

What I have is a kind of rheumatoid arthritis. There is a lot of diseases in the arthritis family and my symptoms were not really fitting one of them but several. For now, I have a treatment based on steroids, DMARDs and NSAIDs painkillers. If it’s not enough I might have to do injections but I am confident I will not need that. It should take between one and three months to totally heal. I cannot do any sports until it does not hurt anymore. I should take at least 3 to 4 weeks for that.

But right now, I am walking. I am walking back from the hospital. I am feeling great. I wanted to walk. I did not use the train at all to come back from the hospital. I will be fine.

This story is already too long. There is some subject I still want to talk more about: the fear of not understanding medical issues, the medical system in Japan, the hospitals here, pain and how this episode made me realize that my entire life was painless when comparing to tons of people. But I might write about this later.

In the end, I want to thank a lot of my friends here. I want to thank you who is reading until now. If you are interested in my condition to read my wall of text until the end, I am really thankful to have you in my life so, thank you! I also want to particularly thank all the friends who reach out to me this past week for offering help and check on my status: you know who you are and I can’t thank you all enough. Finally, thank you Inès, Brooke, Miral, Matt, Zara, Rie, Yue for being there when I needed people to hang out with and also for waiting for me in hospitals and for translating everything I could not understand. Just making yourself available like you guys did is really precious to me. You guys are the best.

I might write again to give news to update on my status!

Cheers.

 

Épidémie de Pikachu

Pikachu est un symbole ici, tout le monde l’aime, les enfants comme les grands, il est évidemment super connu. Du coup, il y a des petits malins qui se sont dit qu’ils allaient organiser un évènement spécial Pikachu. Cela se passe pendant toute une semaine à Yokohama, cette année, c’était du 8 au 16 août et ça s’appelle “Odoru? Pikachu Tairyou Hassei Chu!” (踊る?ピカチュウ大量発生チュ!) et en français, ça donne “Danser? Grosse épidémie de Pikachu, *bisous* !”. En ce qui concerne l’événement, le truc sympa c’est qu’il se déroulait pendant Obon (お盆) qui est une fête des morts en gros. Beaucoup d’entreprises donnent quelques jours de congés pendant cette période qui est faite pour prier les anciens, aller dans les temples, mettre de l’encens sur les tombes, etc. Les citadins rentrent souvent voir leur famille à la campagne pendant quelques jours pour faire tout ça.

Même sur les bâtiments !
Même sur les bâtiments à Yokohama !

Continuer la lecture de Épidémie de Pikachu

Bilan après 9 mois

Il y a deux semaines, ça faisait 9 mois que je m’étais installé au Japon. Encore un bilan vous allez me dire mais y en aura pas d’autre avant quelques temps après celui-là, promis! Encore une fois, je vais parler des différentes choses qui ont évolué ces trois derniers mois dans ma vie de tous les jours sur les mêmes plans que la dernière fois et surtout des petites surprises que j’ai eues et qui me sont arrivées. Comme j’ai quand même pas mal palabré dans mon précédent bilan, je vais essayer d’être plus concis avec celui-là.

Continuer la lecture de Bilan après 9 mois

Une semaine

Non, je ne suis pas mort. L’absence de billets est avant tout dû à une lassitude de ma part, un manque d’idées et un manque de temps. C’est probablement dû aussi à la routine ou à un manque d’activités spéciales… quoi que, il y a beaucoup de choses dont je n’ai pas parlé ici mais que j’ai fais ces derniers mois. Mais pour vous rassurer, je vais bien. J’embrase de plus en plus la vie Tokyoïte et je m’installe de plus en plus dans cette routine ici. Du coup, je me suis dit que j’allais en parler dans ce billet. Qu’est-ce que je fais pendant une semaine classique ?

Continuer la lecture de Une semaine

Narcissisme exacerbé et condition physique

Note de la rédaction : ceci est un article assez narcissique de moi sur moi-même. Il peut contenir des informations personnelles que vous n’avez pas envie de lire ainsi qu’un abus de confiance qui peut être dangereux pour la santé. Le taux de “j’me la pète” dans cet article dépasse les 9000 et il est donc dangereux pour les âmes sensibles de le lire mais il est suffisamment rare dans nos colonnes pour que nous autorisions sa publication aujourd’hui. Cet article est probablement trop long pour le contenu qu’il va proposer mais la rédaction promet du haut de ses douze articles en brouillon qu’elle relèvera le niveau dès qu’elle aura un peu de temps en cette période de crise temporelle. Merci donc de prendre vos précautions avant de continuer de lire et nous vous prions de bien nous excuser pour la gêne occasionnée mais en fait on s’en fout un peu (et oui, ça c’est comme ça).

Continuer la lecture de Narcissisme exacerbé et condition physique

Les feux de Sumida

Samedi dernier, j’ai été invité chez un ami pour voir les feux d’artifice sur la rivière Sumida. Je ne savais pas trop trop à quoi m’attendre à part les 花火 ( “Hanabi” – traduction littérale : fleurs de feu) et j’ai été étonné par plusieurs choses en arrivant sur place. Rendez-vous à 17h30, j’ai donc enfourché mon vélo par 35° vu que j’ai été prévenu que l’accès au métro risquait d’être bondé et que de toutes façons, ça me prenait 20 minutes de moins en vélo ! Sur le chemin, je me suis perdu plusieurs fois vu que je ne connaissais pas mais aussi parce que pas mal de routes ou accès étaient fermés. J’ai commencé à comprendre lorsque je suis arrivé sur les bords de la rivière pour la longer vers ma destination…

20150725 - 15
Pioupiouuuu !

Continuer la lecture de Les feux de Sumida

Randonnée nocturne

Le week end dernier, j’ai décidé de partir faire une petite randonnée tranquille avec Tokyo Gaijin. Je vais éviter de rentrer dans tous les détails mais ça reste assez long !

Samedi, il est 13h55 lorsque j’arrive à la gare de bus de Shinjuku et je rejoins Hanae, l’organisatrice de l’événement. Elle me donne la direction du bus et je monte dedans avec une quarantaine de personnes déjà présentes. Apparemment, je suis parmi les derniers ! L’eusses-tu cru ? On part une quinzaine de minutes après mon arrivée mais on s’arrête aussi très vite parce que deux personnes sont en retard et courent vers le bus. On repart donc quinze minutes plus tard, et ce, pour un peu plus de deux heures de trajet.

Continuer la lecture de Randonnée nocturne

Un lundi typique du Bolubo au Japon

0648. Je me réveille très légèrement, je sais que la nuit ne va plus durer très longtemps. Pourquoi je me réveille encore avant mon réveil ?

0700. “JUST DO IT! NOTHING IS IMPOSSIBLE!” Le réveil sonne et j’essaye tant bien que mal de tendre le bras pour le mettre en snooze.

0702. Le réveil sonne de nouveau, encore une fois, j’appuie sur snooze. Ce n’est pas parce que j’habite à plus de 9700km de là où j’étais que je vais changer du jour au lendemain.

Continuer la lecture de Un lundi typique du Bolubo au Japon

Initiation à l’iai-dō

Cette semaine, j’ai fait une initiation à l’iaidō dans le cadre d’une soirée organisée par Tokyo Gaijins dans l’école Mugai-ryū. L’iaidō (居合道 qui peu se traduire par “la voie de la vie en harmonie”) est un art martial qui consiste à dégainer son sabre et frapper en un seul geste. L’initiation se déroulait en un apprentissage de comment les disciples découpent leurs entraînements, d’un peu d’histoire, de méditation et finalement de l’apprentissage d’un geste de découpe.

551544_10153944678355968_6134281309031914171_n
Les 3 senseis en bas et en blanc les apprentis

Continuer la lecture de Initiation à l’iai-dō